Coup de gueule : Vise plus haut ou le syndrome du bon élève

J’étais une bonne élève. Je le suis peut-être toujours. C’est quelque chose de vraiment pratique d’apprécier l’école, d’être bon, de ne pas se tirer les cheveux sur un exercice et de le faire en revanche avec plaisir. C’est même très gratifiant d’avoir de la reconnaissance et souvent la meilleure note. Je ne peux pas mentir, c’est une place de privilégié. Seulement voilà, ça n’offre ces privilèges que le temps de l’école. Le temps où il faut seulement apprendre et pour la plupart du temps recracher ou appliquer une méthode. Mais face au monde réel, une mention au bac c’est aussi efficace que des paillettes face à un siphon bouché. Ça ne te sert qu’à te la péter un peu, la première année, le temps que tu percutes que seule ta banque et ta maman s’en souviendront. Sans doute parce que les deux t’ont donné une réponse pécuniaire pour bon travail.

Lire la suite

Joyeux non-anniversaire planète Terre.

Nous sommes de plus en plus nombreux à nous inquiéter de notre âge, de notre santé, à nous regarder vieillir et à se dire qu’il faudrait prendre de bonnes résolutions pour vivre mieux et plus sainement. Mais sommes-nous aussi nombreux à nous inquiéter de la Terre ?

« Qu’as-tu fait de ma planète ? Il ne faisait pas aussi chaud auparavant… »

Aujourd’hui, la planète Terre célèbre un triste anniversaire : l’Earth overshoot Day ou le jour du dépassement de la Terre. Ce 2 août 2017, nous avons dépensé plus de ressources que la Terre pouvait produire en une année. En 7 mois, nous avons dépensé 1 an de ressources. Et cette date ne fait que reculer. A partir d’aujourd’hui, nous vivons à crédit des ressources de l’année prochaine, à crédit des générations futures.

Lire la suite

Le Deuxième Texte – vu de l’intérieur.

Si vous avez un peu suivi l’actualité littéraire, vous avez pu remarquer un petit et non des moindre encart dans le Figaro Littéraire de la semaine dernière, mentionnant de jeunes étudiants déjà éditeurs. Et bien, je peux dire, en paraphrasant notre cher Gustave, les Femmes d’à côté c’est nous !

Septembre. La rentrée. 26 élèves. Un mot : revisiter. 6 mois. Faites un livre.

Lire la suite